2a49b3fd-c1d6-46e8-b49b-7ae7b718a6b4

Ecrire sur les femmes dans les 90 est une entreprise complexe et j'en sais quelque chose. Elles ont beau être là, les ressources manquent. Souvent cantonnées à une narration toute masculine dans des magazines mainstream, il est difficile d'en tirer des documents objectifs retraçant des carrière souvent mésestimées, voire oubliées.

Alors, quand Tanya Pearson souhaite écrire un essai sur la représentation des musiciennes dans les médias rock, elle comprend très vite qu'il va falloir mettre les mains dans le cambouis: c'est ainsi que naît son Women of Rock Oral History Project, une base de données qui a pour but de remettre en lumière le travail et l'héritage d'artistes cassées par les tous puissants rock critic actuels et passés. Une manière de recoller les morceaux d'histoire jamais racontées, de remplir le vide d'interviews jamais menées, mais aussi d'apporter un autre son de cloche dans une histoire écrite par et pour des hommes, où les femmes trouvent difficilement leur place.

Plusieurs interviews sont déjà publiées en ligne. On y retrouve Lydia Lunch, Alice Bag, Brie Darling du groupe 70s Fanny, mais aussi Gail Ann Dorsey, bassiste de David Bowie.

Ce projet, qui date de 2014, va donner naissance à un ouvrage, prévu pour 2021.